François Claude-Félix

Littérature, poésie, matières et couleurs

Les Combes Noires

Classé dans : Roman — 24 janvier, 2019 @ 11:52

Mon troisième ouvrage, recueil de neuf récits courts, illustré chacun d’un dessin original par Christian Lemoine, est paru en septembre 2018 aux éditions 5 sens.

les-combes-noires

https://catalogue.5senseditions.ch/fr/fiction/206-les-combes-noires.html

Créations plastiques

Classé dans : Matiere et couleur — 24 janvier, 2019 @ 11:38

Toutes mes créations plastiques sont exposées sur le site CHIZEUIL Galerie

www.chizeuil.simplesite.com

Au milieu du chemin

Classé dans : Roman — 11 septembre, 2016 @ 9:07

Mon deuxième roman est maintenant disponible .

image

 

Des Troupeaux du Soleil à l’Arc d’Apollon, les chants de l’ancienne  épopée ont guidé  les errances des naufragés d’…un beau voyage.

Les voilà,  maintenant, au milieu de leur chemin, confrontés à la reconstruction de leur mémoire, aux mensonges de l’Histoire et à la Comédie de la vie. Au milieu  du chemin  est le roman ‘mosaïque’  d’une amnésie, tentant  une réflexion sur ce qui fonde notre identité, le libre choix et la mémoire.

Vous pouvez le commander sur le site des Éditions 5 sens, chez votre libraire ou directement en ligne :

https://catalogue.5senseditions.ch/fiction-25/55-au-milieu-du-chemin.html

…un beau voyage

Classé dans : Roman — 4 juillet, 2016 @ 10:10

image

Enfin republié, de nouveau disponible sur le site de l’éditeur 5sens Éditions !
La lecture indispensable avant le second volume  Au milieu du chemin. 

 

Vie méridienne

Classé dans : Poesie — 26 décembre, 2012 @ 10:41

 

De l’orient de l’enfance

Chamarré de bougainvillées de majoliques

Des citadelles du désert

Aux foules grises

A l’occident pluvieux des banlieues

L’ombre du temps s’est étirée jusqu’au rivage

 

Me départir des couleurs

Du jaune du rouge

Au ni vert ni bleu

Me départir des odeurs

D’herbe brûlée aromatique de l’été

A la fadeur poussiéreuse des trottoirs

Ici quand il fait chaud cela sent l’eau de vaisselle dans la ville entière

 

Seul un corps de soleil me retient à l’aube du nord

O mer

L’ombre du temps s’étire jusque là

Jusqu’aux cendres

 

Je reviendrai

 

 

 

 

Classé dans : Non classé — 16 mai, 2012 @ 4:36

<a href="« >

 

Dely-poèmes |
L'Ange de mon Coeur |
Une pauline, un blog... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les chemins du Jazz
| Globe trottinage
| Lettres et le nez en l'air